Et si la fin de championnat ressemblait à ça? Au sacre de l’OM? Comment ça vous n’y croyez pas? Lisez donc la fiction ci-dessous, vous y verrez plus clair !

Personne n’y croyait et pourtant l’impensable s’est produit. Le titre de champion de France a échappé au Paris Saint-Germain.  Un tout petit point a manqué à cette équipe qui a dominé le championnat tout au long de la saison.  En effet, dans les dernières minutes au Stade du Moustoir, le PSG s’incline face au FC Lorient et laisse le titre prendre la direction de Marseille. Comme toute bonne saga, cet échec  s’est déroulé en trois épisodes. Retour sur une trilogie qui a sans doute marqué l’histoire de la Ligue 1.

36ème journée

Le samedi après-midi, l’OM accueille le Stade Toulousain, pardon, le Toulouse Football Club. Des Toulousains qui sont non seulement profondément ancrés dans le ventre mou du classement, mais qui ont aussi probablement inventé le ventre mou. Bref, un club qui n’a plus rien a jouer contre un club qui pouvait s’assurer mathématiquement du podium en cas de succès. Les Marseillais ne se sont pas loupés. Lorsque Mathieu Valbuena tire le corner à la 40ème minute et que Lucas Mendes, l’autre Lucas de la ligue 1, saute plus haut que tout le monde pour placer une tête qui finit au fond des filets, tout le monde s’interroge. Il y a 1-0. Les Marseillais et les Toulousains regardent l’arbitre. Est-il vraiment nécessaire de continuer le match ? 1-0 pour l’OM, le match n’est pas-il de toute façon plié ? Qu’importe, le match doit continuer et termine bien évidemment sur ce score fétiche pour les olympiens. Le succès « à la marseillaise » comme dit Benoît Cheyrou pour la treizième fois de la saison. Un record. Un record à la con, mais un record quand même.

Le dimanche soir, c’est le grand match sur Canal. Jean-Michel Aulas l’avait annoncé tout au long de la saison : l’Olympique Lyonnais viendra à bout du PSG. Et il a eu raison. Face à des Parisiens diminués, de par de nombreuses suspensions et des blessures, les Lyonnais jouent crânement leur chance avec un Bafétimbi Gomis et un Yoann Gourcuff retrouvés.  Le milieu lyonnais lance Gomis dans la profondeur qui prend de vitesse le défenseur Alex (pas un vrai exploit en soi, hein), avant de trouver le petit filet de Nicolas Douchez, impuissant, d’une très belle frappe croisée du droit à ras de terre.  Malgré les assauts répétés de Zlatan et des autres parisiens, surtout de Zlatan d’ailleurs, Anthony Lopes tient bon et maintient la cage des Gones inviolée.  Lors du grand débrief, toujours sur Canal, les experts s’interrogent : le titre peut-il échapper à Paris ? On évoque alors tous les scénarios possibles. Mais personne ne voit le PSG prendre seulement un point face aux bretons de Brest et de Lorient alors que l’OM devrait pendant ce temps-là  s’imposer à l’extérieur face à Saint-Etienne et ensuite faire le taf à domicile face au Stade de Reims. Et pourtant. Et pourtant.

37ème journée

Le moment que tout le monde attend. La soirée entre potes, les bières, les pizzas, le multiplex. Le Parc des Princes est prêt à fêter le titre du Paris Saint-Germain.  De son côté, l’OM se rend à Saint-Etienne, un match difficile sur le papier. Sauf qu’en réalité, c’est un peu la crise du côté de Saint-Etienne avec notamment la crise des supporters lors de la réception de Bordeaux à l’occasion de la 35ème journée Ligue 1, mais aussi une série de trois matches sans victoire dont la dernière défaite à Lorient deux  buts à zéro.  Le doute s’est installé et l’OM ouvre le score dès la dixième minute par Sougou qui, bien lancé par Joey Barton, dribble Ruffier et marque dans le but vide. Pendant ce temps-là, le PSG fait le taff et Lavezzi retrouve enfin la réussite devant le but sur un amour de contre-attaque, spécialité locale parisienne.


morgan-amalfitano---jonathan-brison-23-12-2012-marseille---saint-etienne-19e-journee-ligue-1-20121224140721-2625

A la mi-temps, cela ne fait plus aucun doute, le PSG sera champion. Les Parisiens gèrent le score et ont la maîtrise du ballon. L’évolution du score à Saint-Etienne ne change donc rien. Gignac a beau inscrire le but du deux à zéro sur un corner de Benoît Cheyrou, la donne reste la même. Le PSG est champion. Simplement, voilà, le Stade Brestois ne l’entend pas de cette oreille et conserve de minces espoirs de maintien.  A la 85ème, Raspentino lâche une magnifique frappe et trompe Sirigu, de retour dans les cages parisiennes. Raspentino, le mec qui était devenu persona non grata à l’OM. Bah ouais, « comme un symbole » comme dirait l’autre. Et du coup ? Bah du coup l’OM est à deux de points du PSG. En cas de victoire face à Reims et de défaite du PSG, l’OM sera sacré champion de France. L’Equipe titre le lendemain « Et si ? ». Et si quoi ?

38ème journée


PSG-Lorient

Et si jamais Leonardo avait raison ? Et si le PSG n’était pas une équipe bâtie pour la Ligue 1 ? Et si l’OM réalisait le casse du siècle ? Lorsque la dernière journée commence, le PSG est virtuellement champion.  Le fournisseur officiel de l’OM, le FC Lorient, n’a plus rien à jouer. Mais quand même. Empêcher le PSG de devenir champion, n’est pas finalement un objectif comme un autre pour ce club ? Donner une chance aux anciens copains Romao, Amalfitano, Morel de devenir champions de France, ça reste plutôt sympa, non ? Du côté du Vélodrome, le Stade de Reims n’a lui plus rien à jouer. Les Olympiens ont la grinta. Ils veulent ne rien regretter. Lorsque Valbuena, après s’être maté le DVD de sa spéciale Anfield avant le match, inscrit un but magnifique de l’extérieur de la surface, on se dit qu’au moins, tout aura été fait pour devenir champion. A la mi-temps, l’OM mène donc au score, tandis que le PSG est accroché à Lorient 0 à 0. A la mi-temps, le PSG est champion.


odair-fortes----benoit-cheyrou--12-08-2012-reims---marseille-1er-journee-de-ligue-1-2012-2013-20120813092045-5419

Alors que Gignac vient de doubler la mise et de signer son 14ème but en Ligue 1 de la saison, Matuidi se claque au milieu du terrain et le match s’arrête pendant quelques minutes. Toujours 0 à 0. Malgré une nette domination parisienne, Zlatan & co n’arrivent pas à concrétiser. A la 85ème minute, du côté du Vél’, Barton signe son premier but en Ligue 1 d’une frappe limpide après une passe en retrait d’André Ayew. Pour la forme, l’OM produit enfin du jeu, et régale ses supporters. Du côté du Moustoir, c’est à la 88ème minute que Jérémie Aliadière décide de se faire un slalom entre les défenseurs parisiens pour décocher une praline qui finit dans la lucarne de Sirigu. Le match se termine à Marseille, pas au Moustoir. Les Marseillais attendent le résultat du PSG. Le PSG qui pousse, qui balance tout devant, mais rien n’y fait. Le même Fabien Audard qui avait giflé Valbuena il y a 1 mois est impérial. Lorsque l’arbitre siffle la fin du match, les joueurs du PSG sont médusés, abasourdis. Personne ne comprend ce qui vient de se passer. A Marseille, personne ne cherche à comprendre. C’est une explosion de joie. Le Vélodrome est en feu. Marseille est champion de France, Zlatan prend le premier avion pour Turin et Ancelotti s’allume une clope sur le terrain. Rideau.

om-champion

Par JP Leclère -> https://twitter.com/jpleclere

Un commentaire sur « Scénario improbable? La Qata pour le PSG »

  1. Juste pour la beauté du truc, j’aurais préféré que l’OM ne produise pas de jeu et gagne 1-0 voir 2-1, faut pas déconner non plus. Baup ne va pas d’un coup d’un seul savoir comment construire des actions.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s