624_341_da73b665e4d52a8d4953bee2acde7ea0-1311333039Acteur du Football Vrai, au même titre que certains autres joueurs interviewés pour le site, Benjamin Nicaise revient sur son parcours et nous dévoile ses projets, après une carrière footballistique bien remplie au niveau joueur. Let’s go.

Benjamin, peux-tu te présenter rapidement pour nos lecteurs?

Je suis un ex-joueur de football professionnel. J’ai fais une carrière respectable plus sur la durée que sur la qualité, il n’y a pas que des génies dans le football.

Tu commences ta carrière professionnelle à l’ASNL, où tu resteras 4 saisons en Ligue 2 (souvent titulaire) avant de rejoindre Metz en Ligue 1. La marche était-elle trop haute de la L2 à la L1?
Non pas du tout, la marche n’avait rien à voir dans tout cela. Le football est un sport complexe, ne pas jouer ne signifie pas que tu es un mauvais joueur ou que tu n’as pas le niveau. Beaucoup de paramètres entre en ligne de compte au final. Je suis arrivé à Metz en provenance de Nancy en tant que « doublure ». Le coach (Jean Fernandez) avait ses deux titulaires au milieu de terrain, Grégory Leca et Grégory Proment. Deux purs produits du centre de formation et pour Proment il était capitaine. J’étais estampillé Nancéien et en interne au club, certains n’étaient pas forcément content de me voir porter le maillot de Metz.
"T'as le look coco qui te colle à la peau !"
« T’as le look coco qui te colle à la peau ! »
Tu n’y restera que 1 an (pour 14 matchs de championnat) avant de rejoindre Amiens, pensionnaire de L2. Pourquoi ce retour à l’échelon inférieur?

A ce moment là j’ai fais une erreur au point de vu sportif. Jean Fernandez partait à Marseille et les cartes auraient été redistribuées avec l’arrivée de Joel Muller mais j’ai mal vécu la fin de saison à Metz et j’ai décidé de partir. Amiens me voulait déjà depuis deux saison donc j’ai opté pour un challenge de jouer la montée avec Amiens. Et d’un point de vue sécurité, je gagnais une année de contrat supplémentaire. En effet j’étais dans ma dernière année de contrat à Metz. Il ne faut pas négliger l’aspect sécuritaire d’un contrat de joueur de football. Etre en fin de contrat pour des joueurs « moyens » est un danger (blessure, ne pas trouver de club etc). J’ai géré ma carrière comme cela et je ne regrette rien. Beaucoup de joueurs pensent au meilleur scénario mais oublient parfois le pire…

Vient le tour du championnat belge, et ta signature à Mons, où tu es considéré comme l’un des meilleurs joueurs. Tu t’es vite acclimaté, peux-tu nous dire ton ressenti sur ce championnat voisin?

J’ai tout de suite été séduit par la Belgique et le championnat belge. J’ai très vite compris qu’ici je pouvais espérer jouer dans un grand club. J’ai rapidement fait de bonnes performances et les grands clubs se sont intéressé à moi. La coupure avec la France était nécessaire pour moi. J’avais envie de faire autre chose. Jouer en D2 française toute ma carrière n’était pas mon truc. La vie du footballeur est bien plus sympa en Belgique qu’en France, notamment en terme de déplacements. C’est un petit pays et le plus grand déplacement est de 2 heures en bus, jamais de mise au vert la veille de match. Donc, une vie relativement simple et confortable.

La récompense de ces efforts vient avec la signature au Standard, grand club local, avec qui tu disputera deux saisons avant de rejoindre un club grec de deuxième division…pourquoi?

SKY20080624050959HM


Effectivement, j’ai signé au Standard de Liège avec lequel j’ai été champion de Belgique et avec lequel j’ai disputé la Champions League et l’Europa League. Après deux ans, j’ai signé dans un club flamand, Lierse. Le courant n’est pas du tout passé et j’ai préféré être prêté pour prendre l’air. Pour ce qui est de la deuxième division en Grèce, on me proposait un beau contrat et cela me permettait de découvrir un nouveau pays. Je connaissais l’entraîneur mais je suis resté que 6 mois là-bas.

Tu reviendras à Mons par la suite avant d’entamer une carrière d’entraîneur avec le FC Brussels. Mais cette aventure ne dure que 1 mois ! Pour quelle raison?
Je n’étais pas la bonne personne au bon endroit. J’ai préféré mettre un terme à ma collaboration avec le club.
Quels sont tes projets par la suite?

J’ai été consultant pendant l’Euro 2012 pour la RTBF (chaîne publique belge) et j’espère continuer dans cette voie. Je passe mes diplômes d’entraîneur également. J’ai un diplôme de Gestion des Organisations Sportives et j’aimerais, à terme, être actif dans un club de football en tant que directeur sportif, mais les places sont rares.

Merci Benjamin et bonne continuation,

En action contre le grand Lyon de Claudio Caçapa.
En action contre le grand Lyon de Claudio Caçapa.

Benjamin Nicaise en chiffres:

14 matchs de Ligue 1, 144 matchs/ 4 buts en Ligue 2, 121 matchs/5 buts en Jupiler League (D1 belge), 10 matchs en Ligue Europa, 5 matchs en Ligue des Champions. 13 matchs en Coupe de France, 11 en Coupe de la Ligue.

Piazzo, créateur et chroniqueur CDP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s