356px-FC_Southampton.svg

Actuel surprenant 4ème de Premier League au milieu des Arsenal, Liverpool, Chelsea et autre Manchester City, Southampton réalise un début de saison des plus clinquants. Malgré cet excellent parcours, Southampton reste un club encore trop peu connu.  Il est désormais temps pour les Saints de sortir de l’ombre.

Une ville pas comme les autres

Southampton est une ville portuaire de 220 000 habitants du sud de l’Angleterre, située dans le comté du Hampshire. Mais cette ville n’est pas un port anglais comme les autres. Rappelez-vous de vos cours d’anglais du collège. Les Pilgrim Fathers ? Les Pères Pèlerins ? Ça vous dit bien quelque chose ? Mais si ! L’un des premiers groupes de colons à avoir traversé l’Océan Atlantique pour s’installer aux États-Unis et fuir les persécutions religieuses. Le Mayflower, c’était le nom du bateau ! C’est bon, vous resituez vos cours ?

Mais Southampton, c’est aussi le port d’où est parti le Titanic en 1912. Le Titanic, cet immense paquebot d’un luxe démesuré pour l’époque dont le voyage se termina tragiquement le 15 avril 1912 après qu’il eût heurté un iceberg au large de Terre- Neuve. Une histoire tragique, une histoire dont tout le monde se souvient, peut-être en partie grâce au film de James Cameron sorti en 1997, une histoire qu’aurait pu connaître le Football Club de Southampton.

Les Saints de Southampton

Au tout début de l’aventure, en 1885, Southampton est connu sous le nom de Saint Mary’s Young Men’s Association. C’était en effet une équipe fondée par les membres de l’Église Saint Mary. C’est d’ailleurs pour cela qu’ils ont été surnommés « The Saints » par la presse et que les spectateurs du Saint Mary’s Stadium entonnent régulièrement « Oh when the Saints go marching in ».

Si la ferveur autour du club se fait sentir à chaque match, le palmarès est pourtant, quant à lui, assez famélique. Des titres au début de 20ème siècle en Southern League (ligue semi-pro), un titre de champion de Football League One (3ème division anglaise)   en 1960 mais aussi et surtout une FA Cup remportée en 1976. Bref, on est bien loin des vitrines de Manchester United et autre Liverpool.

20109

Un club qui a sa place dans l’élite anglaise

Ceux qui s’intéressent au football depuis peu ne considèrent probablement pas Southampton comme un club devant appartenir à l’élite du football anglais. Pourtant Southampton, c’est 35 saisons en 1ère Division anglaise. D’ailleurs, Southampton a failli gagner le titre de champion d’Angleterre. Nous étions alors en 1984 et Southampton terminait à 3 petits points de Liverpool.

Cette année, pour vous situer l’équipe, les Saints avaient atomisé les Sky Blues de Conventry City 8 buts à 2. Autant vous dire que le gardien avait du mal dormir ce soir-là. Mais ce n’est pas tout, Southampton s’était aussi par exemple offert le scalp de Tottenham 5 buts à 0 ou encore celui de  Manchester United 3 buts à 0. Bref, une belle équipe qui écrasait tout sur son passage. Un rouleau compresseur, comme on dit dans le jargon.

Mais c’est à partir du début des années 90 et notamment à partir de la création de la Premier League en 1992 que les choses commencent à se dégrader pour les Saints. N’atteignant que rarement  la première partie de tableau, l’inévitable finit par se produire : c’est la relégation pour le club lors de la saison 2004-2005 où les Saints terminent bons derniers avec seulement  six victoires au compteur.

L’oubli puis la renaissance

Les années suivantes, entre 2005 et 2009, Southampton stagne en Championship, l’antichambre de la Premier League. On peut alors penser que le club ne peut pas tomber plus bas. Et pourtant, non content d’avoir subi une relégation il y a quelques années à peine, le club se retrouve en League One (3ème division anglaise) à la suite d’une avant-dernière place lors de la saison 2008-2009.  On peut alors penser que l’histoire de Southamton est déjà derrière le club et qu’il sera compliqué pour l’équipe de retrouver sa place parmi le gratin du football anglais. Et pourtant. Et pourtant.

Les Saints ne vont passer que deux saisons en 3ème division. Si la première année est tristounette avec une médiocre 7ème place, la reconstruction est en marche avec des joueurs qui font encore partie de l’effectif actuel. Et pas des moindres : Jose Fonte, défenseur portugais, Morgan Schneiderlin, milieu de terrain français, Adam Llana, le Messi anglais local mais encore et surtout, le désormais populaire Rickie Lambert, un vrai numéro 9 buteur comme on n’en fait plus, un mec dont l’histoire pourrait très bien être adaptée au cinéma tant elle est fascinante. Pour vous situer le bonhomme, il fut un temps où il travaillait dans une usine de reconditionnement de betteraves ; dix ans plus tard, lors de sa première sélection avec l’Angleterre, il  inscrit le but de la victoire face à l’Ecosse sur son premier ballon d’une tête puissante. #RickieLambert2014

Crystal-Palace-v-Southampton-Rickie-Lambert-s_2747074

C’est notamment avec ces joueurs-là que Southampton remonte donc en Championship lors de la saison 2010-2011, en terminant deuxième. Lambert claque 21 buts cette saison et l’histoire est en marche. Le groupe est solide, les cadres sont  là, et on ne peut pas arrêter la marche en avant des Saints. Lors de l’exercice 2011-2012, pas de temps à perdre pour Southampton. Tout juste promu en Championship, rebelote : 27 buts pour Rickie Lambert, élu meilleur joueur de la saison, 26 victoires pour les Saints et allez hop, en Premier League. L’émotion du Saint Mary’s Stadium est incroyable. Peu de mots pour la décrire. Le genre de ferveur qu’on ne voit que trop peu en France. Regardez. C’est magnifique. Frissons garantis. 

Le retour du Roi

Saison 2012 – 2013. The Saints Are Back. On peut évidemment à l’époque douter des capacités du club à se maintenir en Premier League. Le gros coup du mercato du club, c’est le recrutement de Gaston Ramirez, milieu offensif de Bologne pour la rondelette somme de 12 millions de livres. La saison est poussive. A tel point que Nigel Adkins, le coach de Southampton est remercié le 18 janvier 2013. Nigel Adkins, le même entraîneur qui avait repris les Saints en 2010, qui avait enchaîné deux remontées consécutives, qui maintenait les Saints à flot, qui n’avaient alors perdu que trois de leurs seize derniers matches. Difficile à comprendre. Mais c’est pourtant Mauricio Pochettino qui remplace l’Anglais. Un remplacement couronné de succès avec notamment des victoires de prestige contre Manchester City, Liverpool ou encore Chelsea. Southampton terminera ainsi 14ème de Premier League à la fin de l’exercice. De bon augure pour la suite. Oh que oui !

Il faudra compter sur les Saints pour la saison 2013 – 2014. On le sent dès le mercato d’été. Southampton signe l’attaquant italien Osvaldo, le Kenyan Wanyama du Celtic ou encore le Croate Dejan Lovren, devenu persona non grata à l’OL. Et les cadres sont toujours là, le gardien Boruc, Jose Fonte, Adam Llana et Rickie Lambert qui ne cesse d’impressionner. La mayonnaise prend. Les Saints tapent Liverpool à Anfield et gagnent contre les équipes de standing équivalent et inférieur.  L’équipe n’a plus encaissé de but depuis le mois d’août et une défaite contre Norwich City 1-0 et reste sur 4 succès consécutifs.

Si l’on pressentait qu’il faudrait compter sur les Saints pour cet exercice 2013-2014, la confirmation est là. Les Saints peuvent continuer de marcher de l’avant. Saint Mary peut continuer de chanter Oh When The Saints. Lambert peut continuer de planter. A l’heure où ces lignes sont écrites, les Saints sont 4ème du classement. Et après tout, pourquoi pas ? Pourquoi ne pas se laisser aller à rêver de la première partie de tableau ? De la Ligue Europa ? De la Ligue des Champions ?

JP Leclère, rédacteur CDP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s