Torino_FC

Turin, Italie, une ville de football, une ville de Calcio. Bien sûr. Tout le monde connaît la Juventus de Turin, tout le monde se souvient de Nedved, Platini, Deschamps, Trezeguet et autre Del Piero. La liste n’est évidemment pas exhaustive. Tant de grands joueurs ont porté le maillot de la Vieille Dame que l’exercice de dresser une liste exhaustive de tous ses joueurs d’exception serait plus que périlleux. Pourtant, il est arrivé à la Juve d’évoluer dans l’ombre : celle de son éternel rival.  Autrefois, il existait deux grands clubs à Turin. On ne peut pas oublier ce qu’il s’est passé ce 4 mai 1949. On ne peut pas oublier cet accident d’avion. On ne peut pas oublier le Grande Torino.

Retour dans les années 40

C’est en 1942 que commence l’épopée de ce qui restera dans l’Histoire comme le Grande Torino. Cette année-là fut en effet des plus fastes pour « Il Toro » : le  Scudetto  et la  Coppa Italia. Mais pour ces joueurs-là, cela ne suffisait pas. Gagner, c’est très bien. Mais gagner en écrasant son rival de la Juve par deux fois, c’est encore mieux. La Vieille Dame s’était en effet fait martyrisée à domicile en accusant une défaite de 2 buts à 5 tandis que le Torino avait fait le travail à domicile en les dominant 2 buts à rien. Imaginez cela aujourd’hui. Cela relève du fantasme.

Entre les années 1943 et 1945, dans une Italie dévastée par la guerre, le championnat n’a pas lieu. L’histoire du Grande Torino reprend donc lors de la saison 1945-1946. A l’époque, les choses étaient différentes. L’Italie du Nord et l’Italie du Sud jouaient deux championnats différents. S’affrontaient ensuite les quatre meilleures équipes de chaque championnat dans ce que l’on appelait la phase nationale. Lors de la dernière journée de cette phase nationale, les deux rivaux de Turin sont à égalité. Alors que la Juventus est accrochée à Naples sur le score de 1 but partout, le Torino se balade. 9 buts à 1 contre Livourne. Sans commentaires. Il Toro est sacré champion d’Italie pour un petit point et  se trouve sur le point d’écrire les plus belles pages de son histoire.

L’âge d’or du Grande Torino

1607384_full-lnd

 

 

 

 

 

 

Que dire de la période qui s’étend de 1946 à 1949 pour le Torino ? Que peut-on dire quand un club remporte 3 Scudetti  3 années de suite ? Que peut-on dire d’une équipe qui a remporté 82 de ses 114 matches de Serie A ? Que peut-on dire d’une équipe qui marquait en moyenne entre 2 et 3 buts par match ? Que peut-on dire d’une équipe qui n’a jamais perdu à domicile en 3 années de championnat ? Rien. On ne peut qu’applaudir la performance et saluer les joueurs. « Bravissimi giocatori ».

En avril 1949, le Torino avait donc remporté 4 titres consécutifs de championnat d’Italie. Si lors de l’exercice 1946 – 1947, la Juventus faisait encore vaguement de la résistance, elle terminait néanmoins  la saison 2ème à 10 points du Torino. En ce temps-là, la victoire représentait 2 points. L’écart n’en est  que plus significatif. La Vieille Dame, éternelle rivale, terminera même à 16 points lors des deux saisons suivantes, finissant  4ème en 1949. Le Torino avait de beaux jours devant lui et la mainmise sur la Serie A Italienne. Jusqu’à ce mercredi 4 mai 1949…

La Tragedia di Superga

010435329138400

Nous sommes le mercredi 4 mai 1949. L’équipe du Torino revient de Lisbonne où elle venait de disputer un match amical contre le Benfica, en l’honneur du capitaine de l’équipe Portugaise Francisco Ferreira. A 9h40 ce jour-là, le Fiat G212 de la compagnie Avio Linee Italiane décolle de Lisbonne avant de faire escale à Barcelone.  A l’approche de Turin, à 16h55, la tour de contrôle de l’aéroport d’Aeritalia indique aux pilotes de très mauvaises conditions météo avec des averses, des nuages et des fortes rafales de vent. Pas de réponse.

16h59. « Nous sommes à 2000 m d’altitude, nous nous rendons près de Superga. ». On tente d’avertir le pilote et de lui donner des instructions pour atterrir sur la piste. Mais l’altimètre du pilote est défaillant. L’avion n’est pas à 2000m d’altitude : il est en réalité à 600m du sol. Avec ces conditions météo et à cette altitude, le pilote ne pouvait pas voir la Basilique de Superga, un édifice situé à 670m d’altitude.

Lorsqu’à 17h05, la tour de contrôle de l’aéroport d’Aeritalia cherche à joindre les pilotes, il est déjà trop tard. Le Fiat G212 en provenance de Barcelone et à destination de Turin s’est écrasé sur le flanc arrière de la Basilique de Superga. Il n’y a pas de survivants. 18 joueurs, 3 dirigeants, 3 journalistes, 3 membres du staff, dont les entraîneurs et les 4 membres d’équipage, périssent dans le crash.

Fiat_G.212_I-ELCE_tragedia_Superga

La fin du Grande Torino

Dans l’émission « L’Equipe du Dimanche » sur Canal +, le fils de Franco Ossola, joueur du Torino de l’époque, témoigne : « Les gens ont commencé à se rassembler en groupes, se sont mis à pleurer, à s’enlacer. Le Torino représentait le sport de toute l’Italie.  C’était le symbole d’une Italie qui sortait meurtrie par la guerre ». 500 000 personnes accompagnent le convoi funèbre, l’Italie et Turin pleurent  leurs héros.

Le 6 mai 1949, le Torino est proclamé champion par la Fédération Italienne de Football alors qu’il restait encore 4 journées à jouer. Les jeunes du Torino furent promus en équipe A. Par solidarité, les autres équipes qui rencontrèrent le Torino envoyèrent elles aussi leurs équipes de jeunes. Mais « Il Toro » ne put se remettre de cette tragédie.

C’est à cette époque que l’on a connu l’avènement de la Juventus de Turin qui remporte 3 titres de champion entre 1950 et 1959. La date de leur premier Scudetto ? Saison 1949-1950. Un an après la tragédie de Superga. La lente décadence du Torino conduit le club à être relégué à l’issue de la saison 1958-1959. Mais, comme toutes les grandes épopées, celle du Torino ne s’arrête pas là. Elle continue. Nous sommes alors en 1976 et le Torino remporte à nouveau le Scudetto devant la Juve, mais c’est encore une autre histoire.

JP Leclère, rédacteur CDP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s