L'affiche de ce match historique
L’affiche de ce match historique

Bill Shankly, l’un des plus grands managers que Liverpool ait connu, a un jour déclaré : « Le football, ce n’est pas une question de vie ou de mort. C’est bien plus important que cela. »

Si cette formule se veut surtout provocatrice, il n’en reste pas moins que dans l’Histoire, le football a parfois été une question de vie ou de mort. Nous étions alors en 1942.

Le FC Start

En 1941, l’Allemagne commence son invasion de l’URSS. Le 19 septembre, la ville de Kiev est prise par les Nazis. A l’époque, tout comme aujourd’hui, le club de foot local, c’était le célèbre Dynamo Kiev, qui participait au championnat de l’URSS. Après cette invasion, le club est dissous. Mais les joueurs, eux, sont encore vivants et bel et bien là.

Sous l’impulsion de l’ancien gardien de but du Dynamo Kiev, les joueurs se réunissent pour former une nouvelle équipe, notamment avec des joueurs du club rival du Lokomotiv Kiev. Cette équipe prend le nom de FC Start et participe à la ligue organisée par Shvetsov, un ancien footballeur très proche des Nazis.

Ce club enchaîne les victoires, enchaîne les raclées, devrait-on d’ailleurs dire. A base de 7-2, 8-2, 11-0. Bref. Le 6 août 1942, ils écrasent la Flakelf, l’équipe de Luftwaffe (l’armée de l’air allemande) sur le score de 5 buts à 1. Et les Nazis n’aiment pas ça. Ils demandent une revanche. Cette revanche aura lieu le 9 août 1942.

La légende du match de la mort

Comme vous vous en doutez, ce match se déroula sous haute surveillance. Ce n’était pas un match de football comme les autres. La dimension politique était forte.  L’arbitre du match, un officier SS, serait allé dans le vestiaire des Ukrainiens pour leur demander de saluer leurs adversaires à la manière nazie. Les Ukrainiens doutent. Que doivent-ils faire ?

Alors que les joueurs allemands tendent le bras pour exécuter le tristement célèbre « Heil Hitler », les joueurs du FC Start, eux, lancent un cri soviétique à la gloire du sport. Le ton est donné et le match peut commencer.

Alors, évidemment, quand on met un officier SS pour arbitrer un match de Luftwaffe, on se doute bien de ce que ça peut donner. Mais un but est un but. Et même si l’arbitre favorise les joueurs de la Flakelf, notamment en ne sifflant pas des fautes évidentes,  les Ukrainiens mènent 3 buts à 1 à la pause.

A la mi-temps, un officier SS serait venu dans le vestiaire du FC Start et aurait suggéré aux joueurs de laisser filer la victoire, sous prétexte que ce n’était pas bon pour le moral des troupes.  De l’autre côté, il est demandé aux joueurs allemands de gagner pour montrer la supériorité de la race aryenne.

Simplement, quand on est orgueilleux, on ne se laisse pas faire. Le score final ? 5 buts à 3 pour le FC Start. La légende voudrait même que l’arbitre ait arrêté le match avant la fin du temps réglementaire. Les Allemands sont humiliés et à cette époque, il n’était pas question  de laisser les choses se passer comme ça.

Nikolaï Trusevich, gardien de but du FC Start
Nikolaï Trusevich, gardien de but du FC Start

Après ce qui restera comme le dernier match du FC Start, le 16 août 1942, les joueurs sont arrêtés, au prétexte qu’ils sont membres du NKVD (l’ancêtre du KGB). L’un d’entre eux aurait été torturé puis exécuté, car également membre du Parti Communiste. D’autres auraient été envoyés dans des camps de travail, pour finalement y être exécutés en février 1943.

Simplement, cette histoire est devenue une légende. Et comme toutes les légendes, on a tendance à laisser de côté la part de vérité et à déformer les choses. Certains soviétiques ont même affirmé que les joueurs auraient été déportés dès la fin du match.  Mais, en réalité, les choses ne sont pas exactement passées comme ça.

La vérité sur le match de la mort

Cette légende favorisait évidemment le développement et le renforcement du régime soviétique. C’était un fabuleux outil de propagande. Mais il y a des témoignages dans les archives du KGB de ce qui s’est réellement passé.

Selon ces témoignages, qui incluent ceux des joueurs, il n’y a pas trace d’une quelconque pression effectuée de la part de l’administration allemande ou même de l’équipe de la Flakelf, que ce soit avant, ou pendant le match. En témoigne d’ailleurs cette photo, où l’on peut voir  tous les joueurs réunis, sourire aux lèvres.

les-joueurs-du-fc-start-

Des joueurs ont cependant bel et bien été arrêtés, mais pour des raisons totalement extérieures au match. Ils auraient volé du pain dans la boulangerie industrielle où ils travaillaient. Or les Allemands ne supportaient pas le vol. Ils ont donc été arrêtés par la Gestapo. Joueurs du FC Start ? Une coïncidence.

De même, les Allemands ont arrêté  huit autres personnes soupçonnées d’être membres du NKVD, parmi lesquels figuraient effectivement trois joueurs du FC Start. Mais seulement un seul d’entre eux sera exécuté, au mois de septembre 1942, après que les Allemands aient retrouvé une photo de lui en uniforme du NKVD.

Cependant, 3 autres joueurs du FC Start emprisonnés  soit pour vol, soit pour être membre du NKVD, trouveront la mort dans un camp de concentration.  Mais cela n’avait encore rien à voir avec ce fameux match de la mort. La raison pour laquelle ils ont été exécutés est tout autre. Une bagarre avait éclatée dans le dortoir où étaient présents ces trois footballeurs. La répression nazie ? 1 homme sur 5 devait être abattu. Les joueurs ont donc été exécutés et la légende veut que Nikolai Trusevich, le gardien à l’origine du FC Start, se soit rebellé avant de crier ses derniers mots : « Les rouges vaincront malgré tout ».

La vérité est ailleurs

De toute cette histoire, il est impossible de connaître véritablement ce qu’il s’est passé. Les deux forces en opposition avaient basé leur communication sur la propagande. Je pense qu’il est même possible de douter des documents officiels de l’époque et des témoignages de certains.

Néanmoins, ce que l’on semble pouvoir retenir, c’est que 4 joueurs du FC Start ont perdu la vie. Si les raisons invoquées divergent et que la vérité sur cette histoire est floue, la légende, elle, demeure.

JP Leclère, rédacteur beau garçon CDP

Un commentaire sur « Le Match de la Mort »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s