Oh oui, tu peux te gratter la tête Cesare, tu as de boulot...
Oh oui, tu peux te gratter la tête Cesare, tu as de boulot…

La Coupe du monde 2014 au Brésil approche à grands pas… Il est temps pour nous de faire un petit point sur la Squadra Azzurra et sur les joueurs qui seront, ou pas, sur le front de l’attaque des italiens. Tout le monde ne peut pas monter en voiture, certains seront forcément déçus. Revenons sur les différentes possibilités qui s’offrent à Cesare Prandelli.

Balotelli et Gilardino en avant

Huit attaquants ont été utilisés par le technicien italien lors de l’année 2013, et il est évident qu’il faudra faire le tri. Mario Balotelli (13 matchs, 7 buts) et Alberto Gilardino (10 matchs, 2 buts) sont les deux attaquants les plus utilisés par Prandelli, et leur présence semble plus que logique au Brésil si l’on se fit à ces statistiques de présence dans le groupe. Pour « SuperMario », la saison est relativement compliquée avec le Milan AC: une piètre 11ème place en Série A après 23 journées, mais un ratio match-buts relativement intéressant: 17 matchs, 9 buts en championnat. Suffisant pour convaincre son sélectionneur? Surement.

Pour Alberto Gilardino, la situation en club n’est guère mieux, avec une 10ème place pour le Genoa. Pour ce qui est des stats personnelles, le buteur de 31 ans est plutôt en réussite, avec 9 buts en 22 rencontres de championnats. Fort de son expérience avec l’équipe nationale (57 sélections, 19 buts), le natif de Biella vise le mondial, mais la concurrence est rude…

"Super Mario" brosse... les cheveux du "Pharaon"
« Super Mario » brosse… les cheveux du « Pharaon »

Concurrence quand tu nous tiens

Derrière ces deux hommes, 5 autres joueurs se battent en duel à distance pour décrocher leur ticket auprès du bon vieux Cesare: Lorenzo Insigne tout d’abord, jeune joueur napolitain de 22 ans, aux 4 sélections (1 but), réalise une belle saison avec Naples (22 matchs, 1 but en championnat) et semble franchir un certain pallier.

Stephan El Shaarawy, appelé 7 fois l’année passée avec la sélection semble s’éteindre petit à petit cette saison à cause des blessures. Déjà éloigné des terrains en début de saison suite à une blessure contractée au mois de septembre, l’attaquant du Milan AC s’est fracturé un métatarse du pied droit et est indisponible depuis fin décembre… Il n’a joué que 4 petits matchs cette saison sans trouver le chemin des filets… Coupe du monde compromise? Probablement. Le « Pharaon » devra régaler dès son retour début mars pour espérer quoi que ce soit…

Pablo Osvaldo, récemment arrivé du côté de Turin, et plus précisément à la Juventus, a participé à 7 rencontres, pour 1 but, lors de l’année 2013. Le joueur évoluait en Premier League depuis le début de la saison, avec Southampton, après une belle saison avec la Roma (29 matchs, 16 buts). Peu de temps de jeu accordé au buteur italien, ce qui met en péril sa possible participation au mondial, d’où le choix de rejoindre la Juventus, afin de pouvoir prouver à Prandelli qu’il est l’homme de la situation. Mais s’imposer au milieu des Tevez, Llorente, Quagliarella et Vucinic ne sera pas forcément évident (bon courage!).

Sebastian Giovinco, alors là, pour moi, c’est une vraie énigme ! Quel talent pour le petit « zèbre » d’1m66… Et pourtant, l’italien n’a joué que 10 petits matchs avec la Juventus cette saison en Série A (seulement 2 fois comme titulaire!) et 1 petit but. Que manque-t-il au prodige de Turin pour exploser? Quitter son club, où il est clairement barré par la concurrence, pour briller sous d’autres cieux? Certainement. En tous cas, il a aussi son mot à dire pour le mondial. Utilisé 3 fois l’année dernière par le technicien italien, ce petit bonhomme ne compte pas en rester là.

Giuseppe Rossi, autre dossier compliqué, pour le florentin de 27 ans. Encore et toujours blessé… Et ce depuis le 14 janvier, alors qu’il était en pleine bourre cette saison: 18 matchs, 14 buts ! Mais non, encore une fois le buteur italien est pénalisé, et pour longtemps. Il souffre d’une lésion ligamentaire au genou droit et est indisponible pour 3 mois, soit un retour à la compétition envisagé pour mi-avril, un peu juste pour le mondial me direz-vous, d’autant plus que le physique fragile de ce joueur peut laisser Cesare Prandelli légèrement dubitatif… Quel gâchis pour ce talentueux « finisseur »…

Giuseppe Rossi sous le maillot de la Squadra...
Giuseppe Rossi sous le maillot de la Squadra…

Certains veulent jouer les « trouble fête »

Et oui, certains joueurs qui n’ont pas, ou peu, été utilisés par Prandelli l’année dernière avec la sélection, espèrent quand même se mêler à la troupe de joueur sélectionnables pour cette grande compétition. Quelques noms ressortent cette saison aux vues des performances de chacun.

Commençons par Marco Sau, utilisé à une reprise la saison passé. Le joueur de Cagliari a brillé avec son club lors du dernier exercice avec 12 buts en 30 matchs. Cette saison semble relativement plus difficile pour le petit attaquant sanguinaire, avec 5 petits buts en 21 matchs. Alors, simple sélection éphémère ou réel potentiel? Et le bon vieux Luca Toni? 36 ans certes, et alors? Il continue de planter en club, avec l’Hellas Verone cette saison dans le Calcio italien. 11 buts en 20 matchs, pas mal non? Sans compter ses 6 passes décisives… Même si on y croît très peu, son nom mérite de figurer des ses quelques lignes. Les deux joueurs du Torino, Alessio Cerci et Ciro Immobile réalisent une bien jolie saison avec le club de Turin, 10 buts pour le premier (+ 8 passes décisives!) et 13 pour le deuxième. Suffisant pour chiper une place dans l’avion direction Rio? Si le Torino est 7ème, il le doit en grande partie à ses deux prodiges.

La complicité des deux acolytes...
La complicité des deux acolytes…

Ceux qui risquent fortement de regarder la coupe du monde à la télé: Fabio Quagliarella (Juventus), Giampaolo Pazzini (Milan AC) et Alessandro Matri (Fiorentina). Ce ne sont pas les joueurs les plus sereins du marché actuellement en Italie. Matri tente de se relancer à la « Fio » après un début de saison très difficile avec le club lombard, et a scoré à deux reprises depuis son arrivée. Pazzini est en difficulté au Milan, 5 petits matchs pour 1 buts… Pour Quagliarella, la situation est au point mort avec l’arrivée d’Osvaldo (tient donc), il semble définitivement hors-course à la Juventus.

Pour finir, comment ne pas citer Antonio Di Natale, pour le fun, pour le talent de ce monsieur « but », qui malgré ses 36 printemps, continue de faire le bonheur de l’Udinese (surement la dernière saison d’ailleurs). Le bon vieux « Toto » compte 42 sélections avec la Squadra Azzurra et 11 buts. Cette saison avec le club du Frioul, il a inscrit la bagatelle de 6 buts en 21 matchs. « Petit joueur » comparé à ses 378 matchs et 196 avec le club italien…

"Toto" qui exulte, la routine.
« Toto » qui exulte, la routine.

De toute évidence, l’Italie aura les armes pour lutter contre les meilleures nations mondiales, au boulot Mr Prandelli.

Piazzo,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s