En cette fin de saison 2016/2017, la Vista est partie à la rencontre d’un de nos frenchie exilé outre-manche, au parcours atypique. Le cousin de Johan, Thierry Audel, 30 ans, revient pour nous sur ses aventures italiennes et anglaises, deux pays qui au contraire des clubs français, ont bien voulu donner une chance au niçois de naissance de pouvoir faire du football son métier.

Audel1

 

Bonjour Thierry, tu as fait tes gammes mais tu es parti très tôt à l’étranger (20 ans, en Italie). Peux-tu nous raconter un peu?

« Je suis Thierry Audel, j’ai 30 ans, et suis footballeur professionnel depuis dix ans. En France j’ai pu jouer pour l’OGC Nice, le FC Istres et l’AJ Auxerre, où j’ai eu la chance de faire la grande partie de ma formation. Malheureusement, Auxerre ne me proposait pas de contrat professionnel, au contraire d’un club italien de Série B qui me proposait 3 ans… Le choix était vite fait. » 

Tu racontais au magazine So Foot que ton séjour n’était pas des plus agréables… Adaptation difficile, racisme…

« Oui j’avais partagé mon histoire avec So Foot. En effet, en Italie, il y a eu plus de mauvais moments que de bon malheureusement. Cela n’a pas été facile du tout mais l’aventure italienne m’a donné le courage de tout quitter et de recommencer à zéro. »

Audel Pise
Sous le maillot de Pise (Italie)

J’ai pris un billet aller simple pour Londres et suis parti tenter ma chance…

 

En effet, tu quittes la botte après cinq saisons difficiles pour un nouveau challenge, en Angleterre, c’est notamment à cause de tout ça?

« Après 3 ans en Série B et 2 ans en Série C, j’ai décidé que je voulais jouer le football dont j’avais toujours rêvé, quel qu’en soit le prix. Je n’acceptais plus de ne pas être traité comme les autres du fait que je sois noir ou étranger. J’ai toujours suivi le football anglais, et cela depuis des essais à Southampton et Manchester City quand j’avais 16 ans. J’ai donc pris un billet avec aller simple pour Londres et je suis parti tenter ma chance. »

Dans ces deux pays, tu es prêté par ton club. Que s’est-il passé? Mauvais endroit, mauvais moment? Qu’à-t-il manqué à ce moment là? 

« Quand je suis arrivé en Angleterre, j’ai pas mal galéré pour trouver un club. J’étais tout seul, je ne connaissais personne et personne n’était prêt à m’aider. Après quelques mois de recherches et de galères à Londres, je me retrouve à Macclesfield Town (National League, 5ème division) en Janvier 2013. J’y joue tous les matches et me voit proposer un contrat de 2 ans à Crewe Alexandra (League One, 3ème division). J’ai découvert quelques semaines plus tard que le fils de l’entraîneur était défenseur central, comme moi… Vous avez l’image en tête maintenant… Donc ces deux saisons là, je ne jouais pas et donc je partais en prêt à Lincoln City (National League) pour avoir du temps de jeu et me remettre sur le marché. »

En 2015, Notts County arrive et c’est un pari gagné, avec deux saisons dans un club mythique, ç’a du être un soulagement et une juste récompense? 

« En Janvier 2015, je décide de rompre mon contrat avec Crewe Alexandra (League One) et de signer de nouveau avec Macclesfield Town (National League) jusqu’à la fin de la saison. Notts County (League Two, 4ème division), me voyant jouer régulièrement, m’a proposé de faire un essai qui s’est révélé positif. J’étais très content d’obtenir « une vraie » chance, à un niveau plus élevé. »

Audel4

Mais à la fin de ton contrat, tu quitteras le club. Une volonté de ta part, du coach, du club? Tu aurais aimé continuer l’aventure? 

« Oui mon contrat arrive à expiration en juin. Malgré de très bons moments passés au club et à la grande surprise des supporters, je ne me suis pas vu proposer de nouveau contrat. J’aurais aimé poursuivre l’aventure mais c’est le foot. C’est comme ça. Nouveau président, nouvel entraîneur, nouvelle politique à Notts County… »

As-tu des pistes pour la saison prochaine, en France ou ailleurs? Ou même des envies particulières… 

« Je ne sais pas encore de quoi la saison prochaine sera faite. Je vais voir pendant la trêve ce que l’on peut me proposer. Ayant quitté la France très tôt, je n’ai malheureusement aucun contact là-bas. Mais qui sait un jour, si j’ai les bons contacts… »

Que retiens-tu de toutes ces années passées en Italie et en Angleterre? Qu’est ce qui t’as marqué? 

« Après ces années passées en Italie et en Angleterre, je retiens toute l’expérience acquise. Je retiens toutes les belles personnes que j’ai pu rencontrer. Je retiens ma passion aussi pour les langues étrangères qui m’ont permises d’avoir une grande ouverture d’esprit. En Italie, le moment de football qui restera gravé dans ma mémoire sera le match joué contre l’AS Roma à l’Olympico, en coppa. En Angleterre, je me rappellerai toujours des supporters qui chantais à mon nom lors de chaque match: « Thierry ooohh….Thierry oooooohh… il arrive d’Italie… On l’a signé gratuit ! » Quel souvenir! (rires) »

Et ces stades anglais alors, ça vaut le coup? Lequel fût le plus impressionnant dans ta carrière? 

« L’ambiance anglaise, c’est magnifique… C’est encore mieux que quand je la regardais à la télévision. J’ai eu la chance de jouer un match de coupe dans le stade d’Aston Villa (Villa Park). De très très belles sensations. »

Thierry, ça fait quoi d’avoir joué deux ans dans le plus vieux club pro du monde (créé en 1862)? 

« C’était vraiment beau de porter les couleurs noires et blanches. Les supporters ont été fantastiques avec moi aussi. Ce sont des moments qui resteront, toujours… »

Quels joueurs ont pu t’impressionner dans ta carrière sur les terrains? 

« Ah, il y en a pas mal. En Italie j’ai beaucoup aimé Julio Baptista, Jérémy Menez et Mirko Vucinic quand j’ai joué contre la Roma. En Angleterre, Nani et Valencia quand j’ai joué Manchester United en amical.  »

Vucinic
Mirko Vucinic lors du match Roma vs Triestina

Que peut-on te souhaiter pour la suite? J’ai cru comprendre que tu passais également des diplômes d’entraîneur?

« Continuer de performer au haut niveau et arriver à transmettre ce savoir, cette expérience à ceux qui veulent aussi y parvenir. C’est exact, je prépare aussi le futur pour pourquoi pas entraîner une équipe un jour. Je viens de finir les cours sur l’UEFA B Licence, j’espère l’obtenir d’ici quelques semaines. »

Thierry Audel en bref:

Né à Nice le 15 janvier 1987. Défenseur central. A même une chanson à son nom.

Parcours Audel
via Transfermarkt

Un grand merci Thierry pour ta dispo et à très bientôt, nous prendrons bien évidement de tes nouvelles.

Piazzo,

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s