image

Le football est un sport incroyable, et pour des centaines de raisons. Le jeu, la ferveur, la passion d’un club, les stades et les supporters, l’émotion qu’il procure… mais c’est aussi ses joueurs et leurs parcours qui en disent long sur la beauté et le partage autour du ballon rond. Yvan Erichot fait parti de ceux qui prennent des chemins différents, des aventuriers qui n’hésitent pas à sortir des sentiers battus pour vivre leur rêve et partir à la conquête de nombreux défis, aussi bien footballistiques que culturels… Interview.

Salut Yvan, peux-tu te présenter pour nos lecteurs?

Bonjour, je m’appelle Yvan Erichot, j’ai 27 ans et je suis né à Chambray Les Tours. Je suis footballeur professionnel et je vais jouer dans mon futur club à IBV Vestmannaeyjar en Islande. 

Tu fais parti de la génération 90 formée à l’AS Monaco, avec notamment le titre de champion en CFA2 en 2010, peux-tu nous raconter cette saison, les joueurs côtoyés et tes impressions sur ton arrivée dans le monde pro?

Oui c’était une grosse saison et elle a été décisive pour que je puisse signer professionnel  à la fin de l’année après ce titre de champion. J’ai signé mon premier contrat pro d’une durée de 3 ans avec l’AS Monaco. A l’époque, on avait signé en même temps avec Yannick Carrasco, Yohan Thuram, Valère Germain et Franck L’Hostis!

Tu signes pro en 2010 donc puis tu es prêté à Clermont en L2 avec Der Zakarian puis à Leiria au Portugal afin de gagner du temps de jeu. Que s’est-il passé là-bas?

Après avoir signé en pro, j’ai fais la préparation avec Monaco sous les ordres de Guy Lacombe, puis j’ai passé un test au Clermont Foot 63 qui s’est très bien passé. Le feeling est directement passé avec le coach Der Zarkarian! Au début de saison, j’ai enchaîné 11 matchs, mais les résultats n’étaient pas là, du coup le coach a décidé de remettre les anciens et l’équipe se portait mieux… La seconde saison, le prêt à Leiria en D1 portugaise était un vrai flop car le club n’était pas stable! En 6 mois, il y a eu 4 changements d’entraîneurs! C’était donc très difficile de trouver sa place! Je suis ensuite rentré à Monaco.

En janvier 2013, nouveau départ, cette fois-ci pour la Belgique et Saint-Trond. Le début d’une belle histoire… 3 ans et demi avec un rôle de leader sur le terrain, en défense centrale et cerise sur le gâteau, un titre de champion de D2 belge en 2015!…

Oui en janvier 2013 je pars en Belgique, où tout se passe vraiment très bien. J’ai rapidement pris mes marque dans l’équipe, avec le coach Yannick Ferrera qui m’a donné sa confiance! J’ai su montrer toutes mes qualités et tout ça en finissant champions en 2015! C’était une vraie satisfaction professionnelle pour moi, car ce n’est pas donné à tout le monde de remporter un titre dans le monde du football!

c6c613_d208a2835169437fbca1eddefddfacce_mv2

Après la Belgique, tu rejoins l’Angleterre et plus particulièrement Londres, dans un club fondé en 1881, Leyton Orient (League Two, D4). C’était un objectif pour toi, l’Angleterre? Pourquoi?

Oui, après mon année en D1 belge, j’ai décidé de rejoindre l’Angleterre. C’était une belle opportunité sur le plan financier et footballistique. C’était la meilleure proposition, je me suis dit que c’était un beau défi, même en D4!

Tu n’étais pas le seul français dans l’effectif cette saison là puisque 4 autres frenchies étaient à tes côtés (Teddy Mézague, Nigel Atangana, Armand Gnanduillet et Ulrich N’Nomo)…

Oui oui, on était 4 français à mon arrivée. Par la suite, Armand a été transféré à Blackpool et Teddy Mezague est arrivé. On était toujours ensemble! On est toujours en contact, notamment sur un groupe « whatsapp », sur lequel on se parle tout le temps!

Tu te retrouve donc libre après cette saison outre-manche, que décides-tu de faire par la suite?

Après cette saison là, c’était compliqué de trouver un club car les gens ne comprenaient pas pourquoi j’étais parti en Division 4, car j’étais en Division 1 en Belgique… Beaucoup de points d’interrogation à mon égard, ça n’a pas été facile. Je suis resté six mois sans club… C’était une période difficile.

Nous sommes en janvier 2018, et te voilà en Islande, une destination attrayante pour y passer une semaine en vacances, mais niveau foot, ça donne quoi? Peux-tu nous expliquer les raisons de cette arrivée à l’IBV Vestmanneyjar?

Oui c’est sûr, c’est une destination originale mais cela va me permettre de me relancer et de retrouver un groupe de joueurs à l’entraînement et c’est très important. J’ai décidé d’aller à IBV car le coach est convaincu de mes qualités et tout le monde est d’accord au club. Une fois que tu as la confiance du staff tu ne peux qu’être dans de bonnes conditions… Le club jouera l’Europa League, c’est aussi un facteur que j’ai pris en compte, forcément!

panohasteinsvollur1
Son nouveau terrain de jeu!

Quels sont les joueurs qui t’ont le plus impressionné dans ta carrière pour le moment?

Dans leur évolution, je dirais Valère Germain, Romain Alessandrini et Yannick Carrasco. Et ensuite des joueurs hyper techniques comme Frédéric Bulot, Nêne et Juan Pablo Pino!

Mais sinon, t’es plus Donald Trump ou Kim Jong-un toi?

Joker pour les présidents! Ahah!

Un café avec un sucre est-il un vrai café?

Je ne suis pas trop café mais avec un sucre ça doit être pas mal non? Ahah!

Si t’étais un super-héros, ça serait qui? Pourquoi?

Un super-héros? Je serais Hulk, car il est trop puissant!

Le pays que tu aimerais visiter à tous prix?

J’aimerais visiter le Brésil avec mes amis d’enfance…

Si tu devais choisir un ordre entre Brisbane Road, Hasteinsvöllur, Gabriel Montpied, le municipal de Marinha Grande, le Stayen ou Louis II?

Au niveau des stades, ça serait pour moi: Louis ll, Stayen, Brisbane Road, Hasteinsvöllur, Gabriel Montpied et Marinha Grande.

La prochaine interview que tu aimerais lire chez La Vista, ça serait qui?

Frédéric Bulot!

Qu’est ce qu’on peut te souhaiter pour la suite Yvan?

De passer une bonne saison, sans blessure, et pourquoi pas un petit parcours en Europa league, qui sait? Ahah!

Un grand merci à Yvan Erichot pour sa disponibilité. Nous suivrons donc particulièrement le championnat islandais et son évolution. N’oublie pas de nous envoyer des photos hein, ça a l’air sympa l’Islande…

5607f78d3570b0f19ef0c5de

Yvan Erichot en bref:

  • 27 ans, défenseur central (peut jouer aussi à droite), né en 1990 (excellent millésime)
  • AS Monaco (formé au club, jusqu’en janvier 2013) – prêté à Clermont (L2) et Leiria (Portugal).
  • Saint-Trond (Belgique, janvier 2013-2016)
  • Leyton Orient (Angleterre, 2016-2017)
  • IBV Vestmannaeyjar (Islande, depuis janvier 2018)

Palmarès:

  • Champion de CFA2 avec Monaco en 2010.
  • Champion de D2 belge avec St-Trond en 2015.

Allez, pour le plaisir, des photos de quelques stades dans lesquels Yvan Erichot a évolué et va évoluer!

2015-2016
Stayen, Saint-Trond.
Soccer - NextGen Series - Group 4 - Tottenham Hotspur v Inter Milan - Matchroom Stadium
Brisbane Road, Leyton Orient, Londres.
25. John Blair Pepsi Deild
Hasteinsvöllur, IBV Vestmannaeyjar, Islande.

Piazzo,

 

 

 

 

 

 

Un commentaire sur « Interview: Yvan Erichot, à la conquête de l’Islande »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s