20180407_130301

Après un premier périple autour de trois stades lors de la saison dernière, en Allemagne et aux Pays-Bas, en passant par Dortmund, Enschede et Amsterdam, nous avons décidé de remettre ça cette année. En même temps, quoi de mieux pour vivre au plus près les émotions liées au football qu’en étant dans les stades? Quoi de mieux pour partager notre amour du foot que de le faire en tribune, avec les supporters, fier de nous parler de leur club, de leur ville? C’est donc avec beaucoup d’enthousiasme que nous prenons la route, ce vendredi d’avril vers le nord, direction la Bundesliga et l’Eredivisie, ces championnats prolifiques et connus pour leurs belles ambiances, non pas sans une pointe d’impatience…

Nous arrivons à Mönchengladbach le samedi midi. Le stade est en dehors de la ville, dans une zone bien pensée pour accueillir les familles et les supporters du club allemand. Aux abords du stade, des aires de jeu, des pelouses pour se pavaner ainsi que des stands de tous genres pour pouvoir se restaurer. Même les larges « mange-debout » sont siglés du logo du Borussia ! Rien n’est laissé au hasard ici, on est au delà d’un simple club de foot… Un petit pain saucisse et une bonne bière (elle aussi aux couleurs du club, forcément hein) et c’est parti pour ce match face au Hertha Berlin de Salomon Kalou. On n’a pas non plus oublié de passer à la boutique pour choper un petit maillot, histoire d’être dans l’ambiance.

L’enceinte du Borussia Park est magnifique… Un stade récent, typiquement allemand, avec une belle ambiance. Les supporters du Hertha sont venus en nombre également et ça s’entend ! Salomon Kalou est là, intenable, inarrêtable, insaisissable… Il porte le Hertha sur ses épaules ainsi que le brassard de capitaine… Quel joueur fantastique… Mais l’éclair viendra d’un joueur local, avec l’entrée fracassante du petit Thorgen Hazard. Deux buts pour lui et une victoire inespérée de Gladbach 2-1… Berlin pleure ses occasions râtées… A noter que le jeune français Mickaël Cuisance, formé à l’AS Nancy Lorraine, était titulaire au milieu de terrain avec Zakaria. Deux joueurs à fort potentiel, qui possèdent de belles qualités. Il est temps de quitter l’Allemagne pour rejoindre les Pays-Bas… Direction Rotterdam !

DaMDTfEW4AEZga_

Nous arrivons devant le Stadion Sparta, une enceinte vieillotte, défraîchie mais qui donne quand même envie d’aller voir ce qu’il s’y passe… Nous sommes face au plus vieux club du pays, fondé en 1888. Le supporter présent à mes côtés au stade était fier de me le raconter. Une petite bourgade qui ne paye pas de mine, mais plus le match avance, et plus la tribune s’enflamme… Le chauvinisme à l’état pur, les injures incompréhensibles, le stress mêlé à l’impatience rend ce match incroyable… Sur le terrain, les 22 acteurs s’en donnent à cœur joie ! But à but, des occasions dans tous les sens, nous sommes à l’apogée du football total, du jeu vers l’avant ! Ce triste Sparta – Venlo sur le papier se transforme en match passionnant à suivre ! Le stade ne s’y trompe pas et encourage son équipe ! Ce n’est pas forcément dans les plus grands stades que l’on trouve les plus belles ambiances ! Nous sommes servis, et nous nous prêtons volontiers au jeu, comme possédés par ceux qui nous entourent ! Poteau ! Barre ! Arrêt du gardien sur pénalty ! Ce match part dans tous les sens, et devient même difficile à suivre pour nous, pauvres petits français, habitués à la Ligue 1 !

L’apogée de ce match arrive à la 93ème minute, lors du 3ème but des locaux ! La tribune s’enivre, se laisse aller aux joies de la victoire et plus rien ne peut « nous » arrêter ! Quelle ambiance, quel match, quelle équipe ! Le cœur, l’amour, la passion, tout y est ! Bordel, le football, celui que nous aimons, porté par un Dick Advocaat endiablé ! Même les ramasseurs de balles sont intenables, les ballons fusent à tour de rôle devant Lars Unnerstall, le gardien du VVV, sous les cris victorieux des supporters du Sparta ! Incroyable, nous sommes en district, c’est fabuleux ! Nous reprenons à peine notre souffle qu’il est l’heure de regarder un peu les stats de ce match, cette avalanche d’occasions et de poteaux, de barres, de situations improbables ! 45 tirs, 6 montants, une bourde, un pénalty arrêté, un stade en folie et une soirée inoubliable pour nous. Merci Rotterdam. Et vive l’Eredivisie !

Dimanche, jour 2, nous nous rendons du côté d’Utrecht pour une rencontre face à ADO Den Haag ! Nous prenons place dans le kop avec une petite moussette des familles en ce début d’après midi ensoleillé. L’ambiance est bonne, le terrain est galette, les tribunes se garnissent et Sébastien Haller est encore présent dans tous les esprits ici. Le mot « français » = référence directe à l’ancien buteur maison, qui porte désormais les couleurs de l’Eintracht Francfort, en Allemagne. Qui dit match d’Eredivisie, dit spectacle et buts en prévision? En tous cas, sur cette partie, c’est le cas avec 6 buts ! 3-3 entre les deux équipes, Zakaria Labyad permettant aux locaux d’égaliser au bout du temps additionnel sur un coup-franc somptueux, qui ne laisse aucune chance à Groothuizen. Juste avant, le petit Elson Hooi avait donné l’avantage à Den Haag et le sort de ce duel semblait réglé, d’une frappe limpide sous la barre ! Quelle fin de match encore ! Le stade d’Utrecht, Galgenwaard, est une enceinte très agréable, avec ses hautes tribunes arquées. La bière est bonne, les gens sont sympas, et ambiance décontractée en tribune. Un supporter nous alpague pour nous faire part de la statue d’un joueur français dans le kop.  Après quelques minutes à essayer de le comprendre, nous saisissons qu’il s’agit de David Di Tommaso, joueur français décédé subitement dans la nuit du 28 au 29 novembre 2005 alors qu’il jouait ici, à Utrecht ! Sachant que nous étions français, il tenait absolument à nous en faire part, et il a eu raison ! Le numéro 4 du frenchie ne sera plus jamais porté au club. Il est temps pour nous de partir pour notre dernier match de ce FootballTrip2k18, à savoir Ajax Amsterdam – Heracles Almelo dans la nouvelle Johan Cruijff ArenA.

ditomassovi_1180
La statue de David Di Tommaso, à Utrecht.

De l’extérieur, ce stade est déjà impressionnant. Nous étions déjà venu la saison dernière pour deux d’entre nous, face à Heerenveen. Mais l’impression reste la même, nous sommes bluffés par l’immensité que dégage ce mastodonte du football. Impression confirmée après l’entrée dans le stade, une enceinte incroyablement belle, grande, presque démesurée. A défaut d’avoir une grande ambiance, ce stade possède tous les attributs d’un outil formidable. Les photos parlent d’elles-même. Le match est sans grand intérêt, face à une valeureuse équipe d’Almelo. Notons tout de même une révélation, à nos yeux de novices sur ce club, celle de Jamiro Monteiro, petit milieu de terrain néerlandais d’origine cap-verdienne. Scotchant de facilité, aisance technique hors du commun, vitesse foudroyante et sacrifice pour ses partenaires. Tout l’arsenal d’un joueur que l’on a envie d’aimer et de rapporter dans ses bagages pour son club. Véritable coup de foudre à Amsterdam, donc. A noter que les hot-dog étaient délicieux, et la bière coule à flot. Pas de Grolsch cette fois-ci, on décide de casser la routine avec une bonne Heineken locale… C’est l’heure de rentrer, après 4 matchs en deux jours, sur une véritable terre de foot. La route sera longue, la nuit sera courte, mais des souvenirs plein la tête…

 

Piazzo, accompagné de ses 3 acolytes Roman, Maxime et Jonathan,

Un commentaire sur « Récit de notre Football Trip 2k18 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s