Olivier Quint: « Une bande de potes qui voulaient saisir la dernière chance de jouer au plus haut niveau! »

CbuCT7CN

Et si nous nous replongions dans le football des années 2000, à la rencontre d’un pied gauche magique, faisant chavirer le stade Emile Albeau et ses sangliers ardennais… Olivier Quint nous raconte quelques souvenirs & anecdotes, nous livre même certains regrets et discute football, tout simplement…

Aujourd’hui, l’ancien sedanais est « consultant pour France Bleu Loire Océan pour les matches du FC Nantes et une chronique le samedi matin. Egalement coach des seniors à La Chapelle sur Erdre et commercial pour la société Orhon Sports qui distribue la marque Italienne Macron. » Son équipe terminera sa saison à la 5ème place en DSR.

Revenons au début des années 2000, et au CSSA, qui a marqué toute une génération. Le secret? « La grinta ! Une bande de potes qui avait envie de saisir la dernière chance offerte de jouer au plus haut niveau ! » tout simplement. Une bande de revanchards qui réussira à qualifier le CS Sedan Ardennes en Coupe de l’UEFA, rien que ça. Mais le meilleur souvenir d’Olivier avec ce maillot reste « La demi-finale de coupe de France contre Le Mans, avec un scénario incroyable, une ambiance de folie et un moment inoubliable ». Il n’aura pas manqué grand chose pour gagner la finale face à Nantes par la suite. « Peut-être faire un meilleur match, et avoir un arbitre au niveau… Il fallait peut-être que Nantes gagne plutôt que Sedan… » Olivier Quint ne digère pas le fameux pénalty « imaginaire » offert par Monsieur Garibian aux canaris…

2766607lpw-2766655-article-coupe-de-france-jpg_3336755_660x281

Sedan est un club familial et l’ambiance décontractée. Preuve en est avec cette anecdote sur le déroulement des « troisièmes mi-temps »: « C’est nous qui servions les bières aux supporters au club house ! » Plutôt atypique, et forcément, ça rapproche. Mais le club ardennais s’est aussi différencié sur un point beaucoup plus original, et notre invité s’en rappelle avec plaisir: « Nous roulions en Smart, aux couleurs du club, en rouge et vert, avec notre nom et notre numéro dessus, c’était génial ! Mais on a du la rendre, dommage je l’aurais bien gardée pour mes enfants ! »

En 2001, Olivier Quint signe au FC Nantes, alors qu’une offre arrive tout droit du Liverpool de Gérard Houiller. Attractif forcément. Mais une parole est une parole, et le sedanais « avait donné son accord aux canaris quand la proposition est arrivée… » Hors de question de déroger à cela. Certainement une autre époque. Et c’est tout à son honneur, entre nous. J’ose espérer que cela existe encore. Peut-être dans nos rêves les plus lointains… « Lens et Bordeaux sont également entrés en contact » Mais c’est à Nantes et la Beaujoire qu’il se rendra, afin d’y jouer la plus belle des compétitions européennes…

Notre gâchette marquera dès son premier match de Ligue des Champions, face au PSV, lors d’une journée assez spéciale: « Je marque mais la joie est contenue car ce jour là c’est le 11 septembre… » Le club nantais jouera tout de même la Lazio, le Bayern, le PSV, mais le match qui le marque le plus reste « le match aller contre Manchester United, van Nistelrooy nous prive de la victoire, mais ils avaient tellement d’occasions… » L’équipe y laissera des plumes et terminera la saison à la 10ème place en Ligue 1: « Nous étions focalisés sur la Ligue des Champions et on y a laissé beaucoup de forces… »

La discussion arrive sur les entraîneurs. Et Olivier Quint nous fait rapidement le topo des coachs qui l’ont marqué: « Bruno Metsu était un meneur d’hommes incroyable. Patrick Remy, le tacticien. Alex Dupont était, lui, humainement exceptionnel et bien sur, Reynald Denoueix. » Et s’il fallait choisir un entraîneur qu’il aurait aimé avoir, le choix est clair: « Carlo Ancelotti ».

Olivier Quint nous aura régalé avec sa patte gauche magique. Un mariage parfait avec Cédric Mionnet et Pius N’Diéfi chez les sangliers. En espérant revoir rapidement nos amis sedanais dans le monde professionnel, car nos souvenirs intactes nous donnent envie de revoir ce maillot rouge et vert arpenter les pelouses de l’hexagone…

Piazzo,

Crédit photos: Le Point, Foot D’avant / Activnantessupports / Foot Mercato.

 

Une réflexion sur “Olivier Quint: « Une bande de potes qui voulaient saisir la dernière chance de jouer au plus haut niveau! »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s