ralf edstrom

Nous arrivons tranquillement dans les derniers jours du mois de juillet. Les journées sont chaudes, ensoleillées et baignées par cette attente de vacances pour beaucoup. Fin juillet, c’est également la période de préparation estivale pour tous les clubs de l’hexagone et d’Europe. Fin juillet, c’est l’excitation qui monte à quelques jours de la reprise, LA REPRISE, celle que nous attendons toutes et tous. La reprise de notre club, de notre quotidien de passionné(e), de notre routine, du chemin qui mène au stade, NOTRE stade.

La reprise de tous les championnats, au compte gouttes, et de la découverte des nouvelles recrues, qui tentent de se fondre dans le collectif de la plus belle des façons. La reprise des débats footballistiques endiablés avec les collègues, les amis, la famille. « Je te le dit Michel, il nous faut absolument un défenseur central avant la fin du mercato, sinon ça tiendra jamais la route en Europa League ! » Pour les plus téméraires, les séances d’entraînements du début de prépa n’ont plus aucun secret et les recrues sont déjà brillamment scrutées… « On sent qu’il a quelque chose le petit jeune là ! »

Et comme tout bon amateur de ballon rond, il ne faudra surtout pas oublier de se procurer le guide de la saison, outil indispensable pour lancer parfaitement ce nouvel exercice. Les onze type, le recrutement, les statistiques, l’histoire des clubs, afin d’être incollable avec les copains lors des soirées d’été. INDISPENSABLE on vous dit. La reprise, c’est aussi l’attente presque insurmontable du premier match à la maison, même face à un adversaire bateau. Cette saveur si particulière, comme une première fois, l’âme d’un enfant face au bonheur, simple mais grand. Sensation que l’on retrouve également pour le premier match amical, à moindre mesure.

La reprise, c’est de regarder attentivement le calendrier de son équipe: « Oh bordel, ce début de saison; on va à Marseille, on reçoit Lyon, on va à Nice, on reçoit Sainté… Faudra être costaud ! » Ce calendrier que tu gardes précieusement dans ton porte-feuille ou affiché dans ton bureau. Lors de la reprise, tu ne peux t’empêcher de voir certains jeunes joueurs exploser car « c’est la bonne saison » ! Bah ouais, après deux prêts en Ligue 2, la gamin est enfin prêt. La reprise, c’est aussi l’attente du tirage au sort des différentes coupes dans lesquelles ton club aura fort à faire, des épreuves nationales aux joutes européennes, en rêvant d’exotisme ou de grandes affiches. Ah l’Europe, cette summer-excitation, sensation ultra-agréable, comme si nous étions les rois du continent, à la conquête d’un trésor caché. S’imaginer jouer au Meazza, à l’Emirates ou encore à Stamford Bridge.

C’est beau la reprise. Chacun d’entre nous se prend au jeu du « manager », à rêver de noms et profils différents pour son équipe. Le mercato bat son plein, chaque club comble ses déficits, tente de se renforcer face à une vive concurrence, loyale ou déloyale, afin de réaliser la bonne affaire. Le foot est devenu un vrai bon gros business, mais toi, tu t’en moque, avec tes yeux d’enfant. Le foot c’est l’amour, celui du ballon, de ton maillot, de ton équipe et de ta ville. Le partage et les émotions. La passion qui te mène au stade, afin de pousser les tiens. C’est ça le football. La reprise, c’est tous les ans l’occasion de te rappeler que ton club et toi, c’est pour la vie, dans toutes circonstances, mariés à l’évidence. Chaque été un nouvel espoir.

Piazzo,

Crédit photo: The Vintage Football Club.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s