Lors du premier épisode, nous étions parti à la rencontre de Sébastien, en Irlande et son maillot de Dundalk FC. Changement radical de décor pour cette deuxième histoire puisque nous décollons pour l’Amérique du Sud et plus précisément le Chili, sur la côte ouest du continent. Et pas n’importe où, à Santiago de Chile, la capitale, avec Thibault et son séjour inoubliable au cœur du foot sud-américain…

« J’étais en BTS Commerce International et pour mes études j’ai donc eu un stage à effectuer. J’ai décidé de choisir un pays hispanophone car je parle déjà anglais couramment. Je me retrouve donc au Chili, durant deux mois (du 8 mai au 5 juillet 2017). Quand je suis arrivé, nous étions dix en colocation. Au bout de dix jours, les colocataires me proposent d’aller voir un match de la U (Universidad de Chile). A vrai dire, je n’avais pas trop le choix de l’équipe, (même si nous avons aussi Colo-Colo ou la Catolica, deux autres équipes de Santiago, où je vivais). Nous sommes donc partis voir un match de Libertadores, entre la U et les Corinthians ! Le match en lui-même n’était pas fou, mais l’ambiance… incroyable ! Les « on dit » sur les ambiances sud-américaines sont totalement respectées ! Quatre-vingt-dix minutes de match, et quasiment cent-dix minutes de chants assurés avant, pendant et après le match ! Les mecs mélangent chants et sifflements à la perfection, c’est vraiment incroyable ! Et ce qui est génial, ce sont des chants qui racontent toujours une histoire concernant l’équipe, le club. Par exemple, sur la façon dont ils sont tombés amoureux du club, l’histoire du stade, etc. Il n’y a pas de chants qui ne veulent rien dire ou répétitifs, comme en France ou autre. Certains chants peuvent durer cinq à dix minutes et ensuite terminé, suivant ! Il n’y a pas de répétition !

A trois matchs de la fin, la U et Colo-Colo, l’éternel rival, continuaient de gagner. Lors du dernier match, l’accès à la billetterie pour voir le sacre potentiel de la U était restreint. Il fallait avoir vu au moins une rencontre dans l’année ! J’ai eu beaucoup de chance car ils vérifiaient tout à l’entrée ! Je ne sais pas le nombre de billets vendus, mais plus que la capacité du stade, ça c’est sûr ! Une victoire 1-0 face à San Luis…

Ce maillot représente un excellent souvenir pour moi. J’ai envie de faire un maximum de stade dans ma vie, et un maillot permet de ramener un souvenir et de raconter de belles histoires. Dès que je le porte, on me questionne sur cette équipe mystère (rires). Ce voyage au Chili, c’est définitivement un grand moment de ma vie, qui m’a énormément appris sur moi-même, sur mes limites… Je suis parti seul et j’ai vécu de grosses galères. J’ai eu envie de rentrer, et c’est dans ce genre de moment que tu dois montrer que tu es justement capable de surmonter certaines choses. Même si je pense que j’aurais pu profiter encore plus. On peut ajouter à cela un voyage de quatre jours en Bolivie, qui m’a mis une vraie claque, avec des paysages magnifiques et des gens tout simplement adorables ! »

L’Universidad de Chile a été fondé en 1927 et est aujourd’hui l’un des clubs les plus populaires du pays, avec un palmarès riche et fourni en titres nationaux: 18 championnats, 5 coupes nationales et le seule titre international avec la victoire lors de la Copa Sudamericana, en 2011. Mais l’un des éléments majeurs de ce club était, est et restera sans doute le soutien infaillible de ses supporters, à travers le pays. Une passion extrême, même quand le club descend en deuxième division en 1989. L’amour d’un club ne se mesure au niveau où il évolue. Preuve en est avec la U. Dans les années 90, un certains Marcelo Salas, el Matador, était une icône du côté de Santiago.

Thibault reprend: « Le prochain maillot? Celui de San Lorenzo, club argentin. Tout simplement car depuis tout petit j’adore les ambiances dans les stades, et j’étais tombé sur l’une de leurs vidéos. J’ai commencé à apprendre quelques chants dans ma chambre… Et cette ambiance sud-américaine est juste incroyable… L’Argentine est un pays que je veux absolument visiter, et j’aime beaucoup leur maillot ainsi que l’ambiance là-bas. Je les suis sur les réseaux sociaux. Donc d’ici peu, j’irais voir un match de San Lorenzo, sur place…

Le foot pour moi, c’est une vraie passion. Arsenal est mon club de cœur, j’ai plus de 1500/2000€ de maillots, shorts, pulls, joggings et autres accessoires de ce club, ainsi que deux tatouages en lien avec Arsenal… Le foot ou plutôt ce club a vraiment une influence sur moi, je souhaite même faire ma vie à Londres. Je me laisse encore trois ans, je pense, pour aller là-bas définitivement… »

 

 

Pour en savoir plus sur le club, voici le lien du site officiel: Site officiel de la U.

Un grand merci à Thibault pour ce joli témoignage et ses photos/vidéos époustouflantes.

A bientôt pour de nouvelles aventures…

Piazzo,

Un commentaire sur « The Romantic Football Collection, Part 2. Club Universidad de Chile. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s