Igor-Akinfeev-5

Il existe dans le football des trajectoires diverses et variées, des destins hors du commun et des joueurs pas comme les autres. Certains deviennent au fur et à mesure des idoles, des légendes vivantes dans le club de leur vie, pour leur sélection ou pour le football en général. Tout le monde sera d’accord pour évoquer l’incroyable fidélité d’un Francesco Totti avec la Roma, d’un Steven Gerrard avec Liverpool ou encore Javier Zanetti avec l’Inter. Des postes, des rôles et des histoires différentes à chaque coin de rue, dans chaque région du monde…

Ce lundi 1er octobre 2018, une autre légende a décidé de tourner la page avec sa sélection nationale, après une grande et riche carrière internationale commencée à l’âge de 18 ans, en 2004 avec la Russie. Après quatre championnats d’Europe (2004, 2008, 2012 et 2016), deux coupes du monde (2014 et 2018), mais surtout après le Mondial à la maison, en sortant l’Espagne en huitième de finale au terme d’une séance de tirs au but dans laquelle il a pu briller de mille feux. Koke et Iago Aspas s’en souviennent encore… Igor Akinfeev raccroche donc les crampons avec la Sbornaya, 14 ans et 111 sélections plus tard. Un gardien qui aura bercé toute une génération. Du haut de ses trente-deux ans, le successeur de Sergueï Ovtchinnikov, laisse derrière lui un héritage solide, l’image d’un fidèle dernier rempart. Il est à ce jour le deuxième joueur le plus capé de la sélection derrière Sergueï Ignachevitch et ses 127 rencontres.

« Chaque histoire a un début et une fin. Voilà, mon histoire avec la sélection nationale est logiquement arrivée à sa fin. Pour moi, cela a été un immense honneur de mener la sélection russe en tant que capitaine lors de la Coupe du monde à domicile. Pour être honnête, je n’avais même pas rêvé de ça mais c’est arrivé et cela a été, peut-être, le sommet de ma carrière avec l’équipe nationale ». Igor Akinfeev, himself.

Igor Akinfeev, en plus d’avoir été l’ange gardien de la sélection russe pendant près de quinze ans, est aussi l’homme d’un seul club, le CSKA Moscou. Entré dans l’institution dès l’âge de 7 ans, il porte, aujourd’hui encore, le maillot des Krasno-sinie, et garde dans son armoire à trophées, une palanquée de distinctions collectives et individuelles. Il a notamment été champion de Russie à sept reprises et vainqueur six fois de la coupe. Mais saluons également la victoire du club en coupe de l’UEFA en 2005 face au Sporting (3-1) avec un jeune gardien extrêmement prometteur d’à peine 20 ans…

La fidélité dans le football se fait de plus en plus rare de nos jours, les sirènes des grands clubs attirent la plupart du temps, mais certains irrésistibles amoureux de leur ville et de leur club, savent refuser ce genre d’approche. Du pain béni pour les supporters, et de belles histoires qui nous rappelle que le football, c’est aussi ça: amour, dévouement et fidélité. Le CSKA et Igor Akinfeev sont décidément liés à vie. Шляпа художника.

5bb1fac3fc7e93f31e8b4571.jpg

Piazzo,

Crédit photos: 7wallpapers.net & rt.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s