La Bretagne est une véritable terre de foot. La seule région française dont tous les départements possèdent une équipe professionnelle. Brest pour le Finistère, Lorient pour le Morbihan, Rennes pour l’Ille et Vilaine et Guingamp dans les Côtes d’Armor.

Guingamp donc, petite bourgade du nord de la Bretagne et du Tregor, avec ses 7000 habitants, fait office de petit poucet démographique de la Ligue 1, mais possède une expérience assez fournie au plus haut niveau français. En effet, le club présidé par Bertrand Desplat, effectue sa treizième saison parmi l’élite et compte bon nombre de parcours en coupes nationales. Petit par la taille, mais certainement peu impressionné par la cour des grands dans laquelle les rouges et noirs se sentent plutôt bien. La récente victoire face aux voisins rennais semble redonner espoir aux costarmoricains. Une première victoire à domicile en cette saison 2018-2019, face au Stade Rennais, comme une évidence…

Le retour de Jocelyn Gourvennec n’y est sans doute pas étranger. Après deux ans de séparation, la tentation d’un come-back était trop forte. L’ancien joueur de Rennes, Nantes ou encore Marseille, aura laissé un très bon souvenir aux supporters locaux et semble faire l’unanimité pour cette nouvelle aventure, comme le confirme Julien: « Le retour de Gourvennec est une bonne chose. C’est un « druide » ici à Guingamp. Il y avait une rupture avec Kombouaré et on revient à des choses plus traditionnelles et en adéquation avec le club. Avec son fidèle adjoint Blahic dont on ne parle pas assez, je trouve, ils forment un excellent binôme. »

p19039189d3617747g

Mais l’En Avant aura fort à faire et devra batailler dur pour se sortir de cette situation difficile, face à des concurrents qui n’entendent pas lâcher le morceau. Mais pour Julien, impossible n’est pas guingampais: « Si il y a bien un club capable de renverser des montagnes c’est bien l’En Avant. Il faudra enchaîner et réussir à glaner des points contre nos adversaires directs. Le paradoxe, c’est que nous avons l’impression que les équipes contre qui nous jouons sont plus faibles mais que l’équipe est incapable de passer au dessus… ».

Les hommes du coach Gourvennec se permettent tout de même, encore une fois, le luxe d’un joli parcours en coupe nationale. Encore en lice en coupe de France, compétition dans laquelle ils affronteront Nancy (L2) en 16ème à Marcel Picot, les coéquipiers d’Etienne Didot joueront également une demi-finale de coupe de la Ligue à la maison face à l’AS Monaco de Thierry Henry, pour retrouver, une nouvelle fois, la saveur d’une finale nationale. Comme un air de déjà vu. « Encore une fois, c’est tout le paradoxe de Guingamp. S’offrir l’exploit de sortir Paris et de prendre Monaco en demie pour, pourquoi pas, aller chercher une troisième finale de coupe en dix ans. En 2014, le parcours en coupe avait permis au club de sauver sa peau en championnat, j’espère que cette année la même dynamique sera au rendez-vous. Pour un beau doublé « coupe/maintien » en fin de saison… »

Pour tenter de raviver la flamme au Roudourou, les dirigeants bretons ses sont montrés très actifs durant le mercato hivernal avec pas moins de cinq arrivées, dans chaque secteur de jeu. Ainsi, Didier Ndong (Sunderland), Papy Djilobodji (libre, ex-Dijon), Mehdi Merghem (Châteauroux), Johan Larsson (Brondby) et Alexandre Mendy (p.Bordeaux) ont débarqué dans le nord de la Bretagne pour essayer de sauver les troupes de Gourvennec. Une interrogation perdure cependant sur le départ potentiel d’un joueur clé de l’effectif: Nicolas Benezet. Tout comme les sollicitations qui pullulent autour du prometteur Marcus Thuram.  « On peut cependant se poser la question sur la légitimité de la mise à l’écart de Nico Benezet, notre meilleur joueur depuis le début de la saison, mais nous ne sommes pas au sein même du groupe au quotidien » relate Julien. « On sait très bien qu’il ne fera pas de vieux os à Guingamp. Il a un immense potentiel. Je pense qu’il est plutôt bien entouré et j’espère qu’il ne se grillera pas. Mais c’est un régal de le voir évoluer sous les couleurs de l’En Avant… »

Malgré la débâcle au Parc de Princes face au Paris Saint Germain (9-0), les bretons laissent penser qu’il faudra compter sur eux pour se battre jusqu’au bout. La lutte pour le maintien s’annonce passionnante car bon nombre d’équipes sont concernées. Preuve en est avec l’écart de point réduit entre la seizième et la vingtième place (4). Chaque match sera une bataille, et pour ce village d’irréductibles soldats, chaque succès les amènera un peu plus proche de la victoire finale…

Merci à Julien, supporter de l’EAG, pour sa disponibilité.

Piazzo,

Crédit photo: Ouest-France, Le Télégramme.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s