De nos jours, les réseaux sociaux et autres moyens de communication sont nombreux et variés. Certains supports ont le vent en poupe et attirent naturellement toute une génération connectée. C’est notamment le cas de YouTube et de ses vidéos, qui pullulent sur la toile et sur les écrans des petits comme des grands.

Aujourd’hui, je voulais vous parler d’un concept qui me plaît particulièrement et qui semble être apprécié par de plus en plus de personnes au regard du nombre de vues qui ne cesse d’augmenter. Une idée réfléchie et inspirée de deux autres « émissions » voisines à bien des égards, qui se ressemblent tant sur le fond, que sur la forme. Vous connaissez certainement « Intérieur Sport », diffusé par Canal+ en France, qui raconte et plonge le téléspectateur dans le quotidien de sportifs de haut niveau. Vous percevez également l’émission d’Antoine de Maximy, qui parcours le monde avec sa caméra en solo, à la découverte des us et coutumes des différents continents qui peuplent notre planète: « J’irais dormir chez vous ». Prenez ces deux ingrédients de qualité, faites les revenir à feu doux puis laisser mijoter. Résultat: « Deux nuits avec » de Florian Gautier, jeune journaliste passionné et inspiré, amoureux du sport et des rencontres. En 2017, le jeune homme, alors âgé de 21 ans, décide de se lancer dans l’aventure YouTube, son aventure, celle d’un projet mûrement réfléchi.

Lancement du projet

Après deux années dans une école de journalisme à Tours, notre protagoniste décide de ne pas « continuer ni de se spécialiser », car son projet est bien ficelé, et sa vision du journalisme n’est pas forcément celle du cursus classique: « Je me donne 3 ans pour lancer réellement ce projet, je veux me donner les moyens d’en vivre et j’y consacre tout mon temps libre. Là, ça fait 2 ans, et ça commence à véritablement prendre forme, on fera le point dans un an ». Friand « d’histoires précises et originales plus que d’actualité dont tout le monde parle », Florian a investi dans du matériel pour partir à la rencontre de sportifs afin de partager un moment d’intimité, au cœur de leur vie quotidienne, et ainsi sortir des sentiers battus ou autres reportages classiques. Caméra, drone, sourire et bonne humeur sont les accessoires indispensables au bon déroulement d’un épisode. Le concept est posé: passer trois jours et deux nuits chez un athlète, et découvrir son quotidien. Mais comment le journaliste s’y prend pour contacter ses cibles potentielles?

« Je ne vais pas cacher qu’il y a beaucoup de refus, forcément, mais ça fait partie du jeu. Je comprends tout à fait que ça puisse ne pas être facile pour un joueur ou un sportif de me recevoir. Parfois, ce sont même les clubs ou les fédérations qui refusent avant même d’en parler à la personne concernée… » Pour le contact, Florian passe parfois directement par « la famille, car c’est plus direct et ils savent si ça peut plaire à leur proche ». Les réseaux sociaux aident également à prendre contact, que ce soit avec Instagram ou Twitter.

JOfrf49H.jpg
Avec Christopher Jullien (Toulouse FC). Crédit photo: Florian Gautier.

 

Premiers pas

« La première rencontre aura été avec Kentin Mahé, et c’était le flou total, pour lui comme pour moi ». Toute est une question de confiance pour Florian, qui n’est pas là pour diffuser une image négative du joueur mais qui ne veut surtout pas tomber dans le jeu du tri des images: « Il faut un contrat de confiance, les athlètes chez qui je vais savent qu’ils n’auront pas la main mise sur les images que je vais retransmettre, ils pourront voir la vidéo, voir si je ne dit pas de bêtise ou autre, mais je décide des images. Ils savent que je ne suis pas là pour compromettre quoique ce soit. » Un contrat moral, rien de plus normal dans ce genre de situation, sous peine de changement drastique de direction. Et ce n’est clairement pas le but recherché. Mais alors, une fois le contact établi, l’interlocuteur d’accord pour ce concept, comment payer les déplacements, les frais et tout ce qui va avec? « Je travaille en intérim pour pouvoir financer ce projet, ainsi qu’une pige avec une agence de presse. J’ai la chance de vivre encore chez mes parents, donc pas de loyer à payer même si je participe aux frais. Tout ceci me permet de me concentrer sur mon concept et de le développer. Tout mon temps libre y passe. » Le jeune journaliste semble déterminé à vivre de sa passion et de cette conception du journalisme. Ses reportages attirent de plus en plus et présentent un format séduisant: des épisodes de vingt minutes, dans l’intimité du sportif, avec une approche simple, joyeuse et décalée. L’équilibre entre le fait de ne pas se prendre au sérieux et d’avoir un vrai lien de confiance avec son interlocuteur. L’objectif de Florian à présent: « essayer d’avoir un très grand sportif, tout en restant focalisé sur des sportifs moins connus, aux histoires originales. » C’est ce qui lui plaît, sortir des autoroutes sportives et emprunter certains chemins difficiles d’accès, à la recherche de rencontres surprenantes.

Vraies attaches

Certaines aventures savent marquer davantage. Florian Gautier n’échappe donc pas à cette règle de base. Même si chaque rencontre est unique et enrichissante. « Aller voir Mathias Coureur au fin fond du Kazakhstan, c’était quelque chose. Et ce mec est génial! Forcément, ce genre de choses, ça marque. Ce sont de vraies histoires de vie, de parcours. J’ai beaucoup aimé aussi aller voir Geoffrey Jourdren, un exemple type de ce pour quoi je fais ces épisodes. Je voulais qu’on puisse changer le regard, qu’on arrête les stéréotypes. C’est un mec bien, simple, droit. » Il nous livre une anecdote à propos de l’ancien gardien de Montpellier et de Nancy: « Une fois, il a contacté une équipe de chez Beinsports pour un reportage, et une fois les mecs arrivés devant chez lui, il leur a fermé la porte au nez. Il avait été moqué, blessé. Je voulais avoir une autre approche avec lui, et j’ai été agréablement surpris. » Il ajoute: « Aurélien Chedjou m’a également marqué, c’est quelqu’un de très sincère, très honnête, il parle à cœur ouvert et aura été très accueillant, c’était vraiment appréciable. Sans oublier Kentin Mahé, ma toute première vidéo, il a été super. »

q39Ay9Hk.jpg
Lors du voyage à Bursaspor, chez Aurélien Chedjou. Crédit photo: Florian Gautier.

Forcément, nous en sommes venus à parler du Stade Rennais Football Club. Vous savez, ce club vainqueur de la coupe de France 2019 face au Paris Saint-Germain (désolé Florian). Certains joueurs rennais intéressent particulièrement le natif de Saint-Germain en Laye: « Hatem Ben Arfa, ça me plairait beaucoup. Clément Grenier aussi, mais je pense que ça peut être très sympa avec un mec comme Romain Danzé, j’aime ce genre de profil. » Le message est donc passé, alors ne déconne pas La Danze, on compte sur toi.

Voici le lien de sa chaîne YouTube: Deux nuits avec Youtube

Le compte Twitter: Deux nuits avec Twitter

Alors si vous n’avez encore pas pris le temps de découvrir ce concept ma foi fort sympathique, n’hésitez plus. Et si vous ne connaissiez pas, à présent, vous n’avez plus aucune excuse. Longue vie à « Deux nuits avec » et bonne continuation à Florian !

Piazzo,

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s