34864345_180791289255061_7547338277397725184_n

Nouvel entretien chez La Vista, et nous partons directement à la rencontre de James Campbell Taylor, hors des sentiers battus, loin des terrains mais si proche à la fois. Non, ce n’est pas un acteur de la série américaine des Feux de l’Amour, mais ça porte à confusion, je vous l’accorde. James est créatif, romantique et surtout, amoureux du ballon rond. Comme toi, comme moi, comme nous.

Bonjour James, alors comme ça, vous êtes anglais, avez vécu en Italie et vivez aujourd’hui à New York. Vous pouvez nous éclairer un peu?

Oui, je suis né à Nottingham et j’ai grandi à Loughborough. A l’université, j’ai étudié l’italien et l’histoire de l’art comme si j’étais un étudiant à Pavie. Après mon diplôme, j’ai donc déménagé du côté de Florence, où j’ai enseigné l’anglais, l’art et où j’ai aussi travaillé comme traducteur. Mais au bout de quatre ans, j’ai été frustré du manque d’options en Italie pour mon avenir. J’ai décidé de postuler pour un stage au Museum of Modern Art de New York. Ils m’ont accepté et c’est comme ça que je suis arrivé ici. C’était il y a onze ans.

Aujourd’hui vous êtes designer, photographe et écrivain, c’est ça?

Je gagne ma vie en tant que designer et directeur artistique, mais mon écriture a également été publiée. J’apprécie prendre des photos mais pour l’instant c’est principalement pour s’amuser.

Et c’est comment la vie new-yorkaise pour un « européen »?

En terme de ville américaine, New York est définitivement un très bon endroit pour un européen. Vous quittez votre maison, et dans les cinq minutes qui suivent, vous avez entendu douze langues ! C’est vraiment une ville internationale. Cela dit, ce n’est pas l’Europe, et de nombreux aspects du mode de vie européen me manquent. Ne serait-ce qu’un bon café et un match de foot pour ne nommer que ça !

Comment est venue cette idée de création d’affiches? Pourquoi le football et les pochettes vinyles?

Je suis un grand fan de football (au cas ou vous ne l’auriez pas remarqué), mais comme beaucoup de fans, je suis un peu désillusionné par le jeu moderne. Il y a quelques années, j’ai décidé de célébrer certains des plus grands joueurs de l’histoire en les réinventant, comme s’ils étaient musiciens. Quel genre de musique auraient-ils fait? A quoi ressembleraient leurs disques? Bien qu’il soit naturellement attrayant pour les amateurs de football, c’était vraiment un exercice pour moi de transmettre un moment, un lieu particulier à travers le graphisme. Mes affiches de coupe du monde et le projet le plus récent font la même chose, seuls les dessins sont un peu plus détaillés (cf Du Stadio au Studio).

Football-LPS
Quelques « affiches vinyles » de James Campbell Taylor.

Comment s’est passé votre séjour en Italie? Qu’est-ce qui vous a marqué là-bas?

L’Italie est un pays que j’aime plus que tout autre. Cependant, il est très singulier dans sa culture. Les gens n’ont vraiment qu’une seule façon de vivre, et si vous êtes différent, vous êtes considéré comme une « alternative ». On peut vite se sentir assez confiné. Quand je compare l’Italie à New York, je me sens très provincial. Mais j’ai bien vécu en Italie, avec très peu d’argent, et ça me manque toujours. Je ne suis parti que parce que j’avais l’impression d’avoir épuisé toutes mes opportunités, et en jugeant comment les choses se sont déroulées au cours de la dernière décennie, je pense avoir pris la bonne décision.

C’est à ce moment précis que vous tombez amoureux de la Viola?

Non, j’étais déjà fan de la Fiorentina quand j’étais adolescent. Mon père était enseignant et dirigeait un programme d’échanges avec une école près de Florence, où ses collègues sont devenus de bons amis. Ma famille et moi avons passés de nombreux étés en Italie, surtout en Toscane, et presque tous mes amis italiens soutiennent la Viola… Donc je pense que je n’ai pas vraiment eu le choix. Quand je vivais à Florence, j’ai rarement manqué un match à domicile.

Et Leicester dans tout ça? C’est la ville où vous avez grandi, comment les gens voient le foot là-bas?

Je suis à environ 25 minutes au nord de Leicester, donc Leicester City a toujours été mon équipe locale. Ils ont eu quelques joueurs fantastiques dans leur histoire tels que Banks, Shilton ou Lineker mais n’avaient jamais vraiment aimé la « cohérence ». Quand j’étais jeune, ils étaient toujours promus ou relégués. Et c’est resté le cas jusqu’en 2015, quand Claudio Ranieri a repris une équipe qui avait évité de justesse la relégation. Tout le monde sait ce qui est arrivé ensuite… Jamais de ma vie je n’aurais pu imaginer les Foxes capable de gagner quelque chose, et encore moins la Premier League ! Parfois, je me demande même si c’est vraiment arrivé. C’était vraiment un événement merveilleux, célébré non seulement à Leicester, mais partout dans le monde.

Tu sembles attaché aux maillots anciens et plus particulièrement au foot argentin…

Je collectionne des maillots, et en fait, j’ai un site séparé consacré à ma collection (Lien vers son site). Je ne m’intéresse pas particulièrement au football argentin plus que tout autre, mais j’ai quelques maillots du pays de l’Albiceleste. Le football italien est mon véritable domaine d’expertise, bien que j’aime le football partout où il est joué…

Racontez-nous votre voyage du côté de Buenos Aires…

J’ai visité Buenos Aires avec ma femme en janvier 2014. Elle est traductrice et travaillait sur un livre d’un auteur argentin à l’époque. Pour moi, c’était un voyage extrêmement mémorable. Je n’étais jamais allé en Amérique du sud auparavant, et soudainement, un endroit qui paraissait si lointain devenait réalité. J’étais comme un enfant. Bien sur, j’ai visité la Bombonera et le Monumental, deux stades très différents mais chacune de ces deux expériences furent profondément émouvantes et spirituelles pour moi. De manière générale, j’ai beaucoup aimé la ville, et je m’y sentais très à l’aise. Je me sentais très européen là-bas, et je trouve même que l’espagnol parlé par les argentins est beaucoup plus facile à comprendre.

IMG_7438.jpg

Quels sont vos projets par la suite James?

Je veux continuer à produire du travail créatif, quel qu’il soit. Comme toute personne travaillant dans ce domaine, je suis comblé quand j’arrive à m’exprimer de manière créative. J’ai toujours beaucoup d’idées en tête. Cependant, ma femme et moi sommes en train de faire construire une maison et manquons donc d’un peu de temps pour nos projets personnels !

Paraît-il que vous avez pu rencontrer Andrea Pirlo pour une interview. Et alors, ça fait quoi?

Le magazine Mundial m’a demandé d’interviewer Andrea Pirlo pour un article en 2016 (Interview Pirlo Mundial) . Ils avaient besoin de quelqu’un qui connaissait le football et qui parlait aussi italien. Nous nous sommes rencontrés dans un hôtel de Chelsea, nous avons fait un « photoshoot » sur High Line puis l’interview au café. Pirlo était comme vous l’imaginez: poli, mais pas très bavard. C’était donc facile d’oublier que j’avais en face de moi un vainqueur de coupe du monde. Il semblait être juste un « ragazzo » italien, avec des chaussures possiblement plus chères que les nôtres… Environ un an plus tard, j’ai retrouvé Andrea Pirlo dans un bar et à ma grande surprise, il s’est souvenu de moi, j’étais ravi !

pirlo_paper.jpg

Un grand merci à James pour sa disponibilité, et d’avoir pris le temps, s’il vous plaît, de répondre à cet entretien en français. Véritable coup de cœur pour ses créations. N’hésitez pas à aller faire un tour sur site internet pour en savoir plus sur ses projets ( Site James Campbell Taylor ). Une très bonne continuation à lui.

Voici pour vous, quelques projets de James, qui me plaisent particulièrement:

Piazzo,

Photos de James Campbell Taylor.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s